ANNIE JEANNE 


"ELLES"

créé à Avrillé (49) , repris à PARIS 
Péniche Opéra-Adelaïde

Mise en scène: Emmanuelle SORBAT
création lumières: Brigitte Moreau
 

Tristan Lofficial, piano
Etienne Boisdron, accordéon
Michel Saulnier, contr
ebasse

REPRISE 2015

Formule concert
Robert Suhas,
piano 
Etienne Boisdron, a
ccordéon


Mise en lumière : Joel Coupé


Tendres, drôles, résignées ou combatives,
Elles
égrènent leurs rêves dans le flot de la vie


Drôle, pathétique, mutine, percutante, poignante, elle clame avec la même faconde
les petites et grandes histoires des femmes de toujours (Ouest-France)

On y retrouvera Bruno Brel, Daniel Dupont, Thierry Sforza, Pierre Desproges, Patrick Lablanche,
Jean-Claude Deret,  Anne Sylvestre,  Michèle Bernard, Stéphane Corsy...
et Annie Jeanne,

Reprise 2015 : Contact Le Chant Du Possible : Hélène LE BERRE 06 48 84 45 52

écouter quelques extraits
LA LETTRE
LA RUPTURE
 TANGO DE LA CELLULITE
LA RIVIERE BAMBOU
CONSO, CONSO
DANSE

Quelques échos de la Résidence du 20 octobre
au 14 novembre 2003,
Présentation le 14 novembre 2003 au
centre culturel Georges Brassens, AVRILLE (49)


Annie-Jeanne triomphe au centre Brassens

La résidence chanson de l'artiste internationale Annie Jeanne durant près d'un mois au centre culturel Georges-Brassens s'est terminée en triomphe avec la présentation vendredi soir au public de son spectacle créé sur place intitulé "ELLES".
Si la plupart des spectateurs présents vendredi soir au centre Georges-Brassens découvraient l'artiste Annie Jeanne, cette dernière a un parcours professionnel éloquent après sa participation au grand prix "Edith Piaf", le grand prix Fontaine d'Or (premier prix et prix d'interprétation décernés par la SACEM). Elle a tourné dans le monde entier, dans les pays du Golfe, l'Amérique centrale, les Pays-bas, l'Allemagne, Tahiti, le Japon...et Paris.
"Elles"
Entourée de musiciens de renom, -Tristan Lofficial au piano, Michel Saulnier à la contrebasse, Etienne Boisdron à l'accordéon- Annie Jeanne a fait une escale prolongée durant près d'un mois à Avrillé pour créer son nouveau spectacle "Elles" dans une mise en scène d'Emmanuelle Sorba. Vendredi soir, Annie Jeanne a séduit une salle nombreuse, venue goûter à cette première, prologue d'une

longue tournée pour ce nouveau spectacle qui débutera sur Paris. "Elle", Annie Jeanne, c'est un sacré petit bout de femme perchée sur des talons hauts qui raconte à travers une vingtaine de chansons le parcours d'une vie de femme, palpitante, faite de passions, d'amour, de désillusions, de ruptures, en "chambrant et taquinant" avec tendresse la gente masculine, "les mecs": "En attendant ton andropause, viens repeindre les murs en rose","Quand une femme n'a pas rencontré l'homme de sa vie à 24 ans, elle a beaucoup de chance!"
Si Charle
s Aznavour, dans une de ses chansons, se plaignait de sa tendre et chère qui "se laisse aller", Annie Jeanne a la réponse avec beaucoup d'humour: "Oh! ma ligne...oh ma ligne n'est plus qu'un souvenir.....Vive Gault et Millau!"
Une joie de vivre pour des "petits éclats de vie" mis sous la lumière sans compter une mise en scène d'exception qui, vendredi soir, valait véritablement le détour. Les spectateurs étaient unanimes, à la sortie du spectacle, pour saluer l'artiste, sa voix, ses musiciens, le metteur en scène, avec l'espoir "qu'Annie Jeanne n'oublie pas cette résidence et qu'elle nous revienne très vite" .

Avrillé
"Elles":Annie Jeanne
crée l'évènement à Brassens

"...une joie de vivre pour des éclats de vie... sans compter une mise en scène d’exception...” Courrier de l’Ouest


"Drôle, pathétique... Un sacré petit bout de femme qui sait amadouer les auditeurs, leur distillant ses compositions graves ou humoristiques et sachant bien manier l’art de la chanson française dans tout ce que cette appellation a de plus noble” Le Républicain

"La voix d’Annie Jeanne a ravi le public" Liberté de l’Est

Apparition et révélation d’une voix qui porte les notes solidement, avec sureté... Quelque chose se produit très vite : le miracle d’une simple présence qui en quelques secondes a gagné la partie... L’Est républicain